Les sorties du mois aux Editions MEO

Publié le par Imaginath

Et voilà le dernier article du jour et même du mois de janvier, pour vous présenter les derniers ouvrages des éditions MEO qui sortiront en librairie dans quelques heures et que j'ai eu la chance de déjà recevoir pour vous les présenter.

Ce billet n'a pas pour but une chronique littéraire mais j'ai prévu de revenir vous parler de La Route des Cendres dès que je l'aurai lu.

En attendant je vous propose de découvrir les trois ouvrages qui sortiront le 1er février donc :

LA SONATINE DE CLEMENTI  De Claude Raucy :

Trois récits (ou longues nouvelles ? ou micro-romans ?)

Le lien entre les trois ?  La célèbre sonatine sans doute. Mais aussi l’insignifiance des personnages.

Celui de La sonatine de Clementi est esclave de son passé, du souvenir d’une femme, d’une ville, Florence, où traîne encore le souvenir de Savonarole.

Dans Un héros à la sarbacane, un homme quelque peu veule, ballotté au gré des événements et notamment de la guerre, est promu bien malgré lui au rang de héros et se retrouve prisonnier d’une étiquette.

Le pion du troisième évoque le quotidien d’un surveillant de province, ni meilleur ni pire qu’un  autre, victime et partie de la médiocrité ambiante.

Un monde certes guère brillant, mais où le sombre laisse transparaître l’humour…

Ce livre a reçu le  Prix Gilles Nélod décerné par l'Association des Écrivains belges de Langue française.

 

N'OUBLIONS JAMAIS LES CARESSES d'Evelyne Wilwerth :

Que va-t-il se passer sur cette place en demi cercle dont la circulation s’affole ? Sous un ciel qui brutalement s’assombrit ? Vent de folie cosmique ? Un danger pointe, enfle et vise l’un des personnages.

Mais lequel et pourquoi ? Lausanne et Canberra, les amants sublimes ? L’enfant Nadim ? Athanase le bedonnant ? L’étrange Frisée ? L’artiste Apolline ?

Puis ce mystérieux ON, dont le regard voyeur se braque tour à tour sur les protagonistes... Que cache-t-il ? Qui cache-t-il ?

Vision d’une humanité en déliquescence ? Ou en renaissance ?

Un vertige, une incandescence, brassant érotisme, suspense et infinie tendresse.

 

LA ROUTE DES CENDRES de Claude Donnay :

Un matin de pluie, David ferme la porte de son pavillon de banlieue et, au lieu de prendre le RER vers le dépôt pharmaceutique où il travaille, se met en route, son sac bouclé sur le dos.

Quel lourd passé fuit-il, le regard rivé sur l’horizon ? Pourquoi lui faut-il marcher vers le Nord, avec le vent et les mots de Kerouac dans la tête, et puis surtout ces images brûlantes de Serena pour lui mordre le ventre ?…

Un peu de temps, juste un peu de temps, est-ce trop demander avant que la meute se lance sur sa piste ?…

Je vous en parle bientôt donc de ce livre ci, et les autres aussi peut être mais pas dans l'immédiat, je préfère prendre le temps de lire plutôt que de bâcler mes chroniques.

Je renouvelle mes remerciements à Gérard Adam, éditeur et interlocuteur privilégié pour moi qui m'a envoyé par surprise ses trois nouvelles parutions.

Merci Gérard pour votre confiance et votre geste.

Belle nuit les amis

Nathalie

Publié dans Sorties Littéraires

Commenter cet article