Mon Calendrier Littéraire : Jour 5 avec les Editions Gaïa #JanvierLecture

Publié le par Imaginath

Bonjour

Pour le 5ème jour de mon calendrier de l'après, je vous présente Les Editions Gaia.

Un peu d'histoire :

Pendant bien trop longtemps, lorsqu’on évoquait la littérature scandinave, les images qui venaient à l’esprit des lecteurs français évoquaient des paysages certes magiques mais rudes, impitoyables, aux habitants aussi sombres que la nuit polaire. Une littérature déprimante en somme. La création de Gaïa éditions, il y a quinze ans, s’est voulue le poil à gratter de ces clichés bien ancrés. Et c’est avec la publication de Jørn Riel et de ses truculents Racontars arctiques que tout a commencé. Depuis, Gaïa, ce sont des romans qui font voyager, dans le monde comme dans la tête, de grandes sagas, des personnages que l’on peut prendre le temps de connaître, d’apprivoiser, de suivre tout au long de leurs aventures… Mais ce n’est pas là une caractéristique propre aux romans du Grand Nord, et si beaucoup de nos auteurs sont scandinaves, au catalogue de Gaïa on en trouve bien d’autres qui nous viennent des Balkans, du Nigeria, d’Allemagne, des Etats-Unis… sans oublier les Français bien sûr !

Création en 1991 à Larbey (Landes).
Première publication : septembre 1993.

Mon livre coup de coeur :

Résumé éditeur : 

1982. Rasmus vient d’avoir son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il frappe à la porte d’un homme qui l’accueille chaleureusement, et lui lance : « Tu le sais, au moins, que tu es homosexuel ? »
Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Quand arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre.
Face à une épidémie mortelle inconnue, toutes les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion.

Un témoignage unique sur les années sida, un roman bouleversant.

Comme chaque jour, retrouvez le concours sur la page Facebook du blog !

A lundi pour une nouvelle découverte et un nouveau cadeau littéraire.

Merci aux Editions Gaia pour ce joli présent du Jour 5 !

Belle journée et à demain pour mon expérience inédite hebdomadaire !

Nathalie

Publié dans JanvierLecture

Commenter cet article