Comment ça commence 2017 #Round 2

Publié le par Imaginath

Bonjour,

Ce mois ci Agoaye nous a sorti une phrase de derrière les fagots bûches ! Bon enfin j'ai joué le jeu et j'ai tenté l'expérience... Truc de dingue cette phrase ^^ Ago, je ne sais pas si je dois te remercier !

Vous avez bien lu !  Alors c'est parti : 

 

- J'ai rencontré Michael Jackson, c'était un mardi je vous le jure !

- Mais oui mais oui Mr Delight bien sûr vous nous l'avez répété cent fois, je vous crois sur parole.

- Je peux vous raconter comment je l'ai rencontré et vous verrez que je ne dis pas de bêtises ?

- Mr Delight, je n'ai pas le temps tout de suite, je dois m'occuper de vos voisins, nous en reparlerons un de ces jours.

Stella poussa la porte de la salle des infirmières et se laissa tomber sur la chaise qui faisait face à sa collègue Lucy.

- Je n'en peux plus de ce vieux fou à la chambre 2908, il raconte des sornettes à longueur de journée et se pavane en affirmant qu'il connaît la terre entière ! Et moi je suis la cousine de Madonna ?

- Laisse le donc raconter ses salades, ça ne mange pas de pain, et puis peut être que cela l'aide de s'inventer une vie, sûrement meilleure que celle qu'il a vécu.

Mr Delight était arrivé ici un matin de mai, complètement hagard, perdu, dans cet endroit sans âme que l'on appelle ici "Le dernier motel avant le paradis", un endroit où ceux qui entrent ne ressortent jamais sur leurs deux pieds mais plutôt les pieds devant... Une bâtisse de briques rouges au beau milieu d'un parc verdoyant qui ne servait qu'à quelques-uns encore assez costauds pour s'y promener. 

On ne lui connaissait ni famille ni amis, tout juste une femme d'un certain âge qui venait lui rendre visite de temps à autre, mais qui ne parlait pas beaucoup aux aidants. Ces deux-là semblaient bien se connaître, et ils parlaient et riaient des heures durant. Quand elle repartait, Mr Delight redevenait taciturne et repartait dans ses délires. Un jour il avait rencontré Michael Jackson, un autre il avait serré la main de Martin Luther King ou avait vécu à Paris ou Seattle ! A l'en croire il avait parcouru le monde et rencontré les grands hommes de cette planète. Tout ce que l'on savait de lui, c'est qu'il avait les moyens de vivre ici jusqu'à la fin de ces jours, à condition que cela ne s'éternise pas trop non plus.

Stella ne l'aimait pas, d'ailleurs elle n'aimait pas s'occuper de ces personnes devenues séniles, mais elle n'avait pas le choix, elle avait besoin de ce job ! Alors elle le faisait sans compassion, sans sympathie, avec le strict sourire nécessaire à son métier. Et elle passait son temps à critiquer ces personnes dont la mémoire ne fonctionnait plus tout à fait comme celles de personnes dans la force de l'âge.

Lucy était tout le contraire, avenante, protectrice avec ses "petits vieux" comme elle les appelait affectueusement, elle avait toujours un mot gentil pour chacun et ne manquait pas une occasion de les écouter conter leurs vies passées... Même si cela lui paraissait farfelu la plupart du temps, elle entrait dans leur jeu, elle les laissait rêver encore un peu et se remémorer de tendres moments qui avaient fait leurs vies.

Un matin alors qu'elle prenait son service, elle découvrit Mr Delight inanimé, figé dans son lit... La pâleur de la mort avait envahi son visage. Personne ne l'avait entendu, personne n'avait rien vu, il s'était endormi paisiblement pour ne pas se réveiller ! Il avait emporté avec lui ses souvenirs, ses rencontres et ses amitiés imaginaires. Le midi même la femme qui lui rendait visite était là, triste mais digne devant la perte de son amie. Elle régla le côté administratif avec la direction puis revint dans la chambre de Mr Delight. Elle fouilla dans le tiroir de la commode et sortit deux lettres. L'une était adressée à Lucy et disait :

Ma chère Lucy,

Vous avez toujours cru en moi, toujours su au fond de vous que les sornettes dont m'accusait Stella étaient en fait bien réelles. Vous avez par votre gentillesse adouci mes derniers jours dans cette maison qui était la mienne. Le dernière chose que je vous demanderai maintenant que je ne suis plus, c'est de venir au rendez-vous que vous donnera mon amie Kate.

Signé : Mr Delight, votre "petit vieux" préféré !

Quant à l'autre lettre, elle était pour Stella et disait :

Stella, 

Vous m'avez toujours détesté, vous avez toujours pensé que mes histoires n'étaient que balivernes et pourtant j'ai vraiment rencontré mon ami Michael, j'ai vraiment vécu à Seattle et étudié à Paris. J'étais peut être sourd et affaibli mais ma tête ne m'a jamais fait défaut. La dernière chose que je vous demanderai maintenant que je ne suis plus de ce monde, c'est de prendre la seconde lettre que vous tendra Katherine Jackson, la mère de Michael, mon amie de toujours, qui vous signifiera votre licenciement sur le champ. Vous n'êtes pas faite pour ce métier, et comme cette maison était la mienne, ma volonté sera respectée à la lettre.

Signé : Quincy Delight Jones Jr alias Quincy Jones 

Stella sentit ses jambes défaillir et elle dût s'asseoir pour ne pas tomber... Elle ne croyait pas ce qu'elle lisait mais elle devait bien se rendre à l'évidence, elle était virée... Elle avait pensé à un vieux fou, il était en fait le GRAND Quincy Jones, propriétaire de cette établissement pour les personnes âgées sans le sou... Il avait décidé de finir ses jours dans ce lieu qu'il avait créé.

Lucy quant à elle avait hérité d'un poste d'honneur à vie dans l'établissement qui lui appartenait désormais pour moitié, légué par ce petit vieux qu'elle aimait tant.

Il n'avait pas menti, il avait bien rencontré Michael Jackson un mardi de 1975 sur le tournage du film The Wiz, il a produit l'album thriller qui a fait sa fortune pour l'éternité !

Il faut toujours se méfier des apparences !

Nathalie

 

PS : Bien sûr le grand Quincy est encore de ce monde, bien sûr tout cela n'est que pure fiction, en revanche, le nom, les dates, les villes sont toutes véridiques et vérifiées. Quant à la chambre 2908, pour le 29 août, jour de naissance de Michael Jackson !

 

 

 

Publié dans Comment ça commence

Commenter cet article

Aurélie Blanche 22/02/2017 00:07

C'est très chouette et bien amené. Bravo Nath !

sylvie 21/02/2017 22:58

Court, sympa, jolie petite morale qui me plait, et... J'ai beaucoup aimé merci !
Au départ je croyais que la phrase était ... "Ago, je ne sais pas si je dois te remercier !", j'avais trouvé son idée excellente LOL (ago, si tu lis ^^)
Bises Nath Jolie, et bonne nuit !

Nath 21/02/2017 22:43

Bravo , jolie histoire et quel sens de la chute !

Danielle 21/02/2017 21:58

Très jolie histoire que j'ai dévoré jusqu'au bout
Bravo j'ai beaucoup aimé