J'ai lu... Le Fantôme qui écrivait des romans (Editions Balivernes)

Publié le par Imaginath

Bonjour,

Je vous retrouver ce jour pour une chronique littéraire réalisée par Méline, 15 ans puisque le roman que nous avons reçu de la part des Editions Balivernes était destiné aux adolescents.

Elle a pris son rôle très à coeur et m'a raconté un peu l'histoire, ce qu'elle avait compris, ce qu'elle avait aimé et moins aimé au niveau du style, de l'histoire, des personnages, bref je ne fais qu'écrire son ressenti. Par choix, je n'ai pas lu l'ouvrage moi même pour ne pas interférer dans sa chronique. Je le lirai plus tard pour ma part.

Voici le roman reçu :

Le fantôme qui écrivait des romans d'Eric Sanvoisin.

Résumé de l'éditeur : 

Antonin est un fantôme. Assassiné alors qu’il était adolescent, il hante la maison abandonnée par la secte de son père. Il parvient un jour à interagir avec un ordinateur. Touche de clavier après touche de clavier, il écrit un roman qu’il parviendra à faire éditer sous couvert de l’anonymat offert par internet. 

Très loin de là, en Nouvelle-Calédonie, Emilia, une jeune fille anorexique, tombe amoureuse de Leï, le personnage du roman d’Antonin. Elle parvient à contacter l’auteur par email et lui demande d’écrire la suite du livre qu’elle a tant aimé…

En parallèle, le lecteur lit le roman d’Antonin et découvre l’histoire de Leï et de son chien qui lui raconte des histoires pour l’aider à vivre sa vie.

Un récit à trois voix où le lecteur lit le roman d’Antonin en suivant son héros Lei qui doit se construire une nouvelle vie, l’existence d’Antonin lui-même qui par l’écriture et ses échanges avec Emilia, sa lectrice, trouvera le courage de dénoncer son meurtrier et bien sûr Emilia, cette jeune fille anorexique qui veut continuer d’exister en dépit de la maladie… Un récit à trois voix où la réalité rejoint la fiction ou l’inverse…

 

L'avis de Méline sur le roman :

Elle a trouvé l'écriture un peu déstabilisante, car l'histoire se joue en trois parties parallèles racontées en même temps, on change de personnage à chaque chapitre. Cela semble l'avoir un peu dérangée, elle a eu un peu de mal à entrer dans l'histoire. Elle a trouvée le style facile à lire en revanche avec des mots tout à fait à sa portée. Elle n'a pas eu besoin d'utiliser le dictionnaire comme c'est le cas quand elle lit un livre. L'atmosphère du roman lui a plu, mélange de fantastique et de réel, elle a même parfois penser que tout était réel puis que plus rien ne l'était.

Elle a adoré le personnage du fantôme d'Antonin, cet esprit adolescent égaré dans ce lieu par obligation et qui ne sait même pas qu'il est un esprit, qui a juste besoin d'écrire pour crier la vérité, crier le nom de celui qui l'a réduit à son état de fantôme. Puis, il y a Lei le personnage du roman écrit par Antonin, un adolescent qui s'invente un chien imaginaire pour mieux vivre sa vie. Et puis il y a Emilia, une vraie adolescente qui aime lire, beaucoup et qui découvre l'oeuvre d'Antonin... Elle tombera amoureuse de Lei, le personnage du roman... Elle cherchera du coup, à rencontrer Antonin, le "papa" de Lei sans savoir qu'il est un fantôme ! Le dernier maillon du trio, je vous laisse le découvrir par vous-même en lisant le roman.

Une histoire qui montre la souffrance des personnages, l'un puisqu'il est enfermé par son état de fantôme, l'autre parce qu'il est enfermé dans un hôpital psychiatrique et la troisième parce qu'elle est enfermée dans une maladie qu'est l'anorexie. Un roman douloureux qui ne l'a pas laissée indemne puisqu'elle a trouvée cela triste, de voir que ces trois personnages sont malheureux.

Méline a aimé Lei pour sa gentillesse et son côté un peu dans les nuages mais a détesté Emilia, pour son côté hautain et suffisant.

Une belle réussite donc pour ce roman qui a l'originalité d'être écrit par un fantôme et emmène son lecteur dans un imaginaire, un joli voyage fantastique pour adolescents.

Merci aux Editions Balivernes pour cette jolie découverte... Il a plu à ma fille et est désormais dans ma PAL pour cet été.

Bonne soirée

Nathalie

 

 

Commenter cet article