J'ai lu... Ca va être ta fête de Cécile Delacroix - Editions Le Texte Vivant (concours epub inside)

Publié le par Imaginath

Hey hey, 

Bon ok je n'aime pas les jours spéciaux mais si je vous parle aujourd'hui de ce recueil de nouvelles, c'est bien parce que c'est la journée internationale du droit des femmes (et pas celle de la femme, comme si nous avions besoin d'une journée... nan mais sans déconner quoi !)

Ce livre parait aujourd'hui et vous allez en fin de chronique pouvoir en gagner trois exemplaires en format numérique ! Mais avant, place à la présentation de "Ca va être ta fête".

Résumé de l'éditeur : 

De la Saint-Roméo à la Saint-Aimé, en passant par la Saint-Vincent-de-Paul, Cécile Delacroix revisite les saints pour mieux égratigner les humains ; les hommes de préférence, tour à tour lâches, escrocs, machos mais tendres aussi. En une quarantaine de courtes chroniques de la vie ordinaire, toujours drôles, souvent désopilantes, parfois même dramatiques, elle nous emmène dans la vie de femmes aimantes, amantes, soumises ou révoltées, qui nous touchent parce qu’elles nous ressemblent. La rupture à la Saint-Sylvestre, les déboires d’une actrice à la Saint-Oscar, la retraite tant attendue de Martine à la Sainte-Félicité, le week-end en amoureux d’amants adultères à la Saint-Fidèle, les gaffes de Sophie à la Sainte-Prudence... Cécile Delacroix s’empare de l’éphéméride pour revisiter avec humour les aléas de la vie, de l’amour, de l’amitié. Avec une tendresse grinçante, elle dresse le portrait de femmes, jeunes ou moins jeunes, en prise avec un quotidien qu’elles tentent désespérément de maîtriser ou d’infléchir.

Mon avis "éclairé" (ou pas) :

Je l'ai lu dans la journée, et je me suis vraiment régalée... Une plume désopilante où il faut bien l'avouer, les hommes en prennent pour leur grade... Les nouvelles sont courtes, bien amenées et on peut se balader dans le livre sans forcément respecter l'ordre ! Une femme pour héroïne dans chacune des nouvelles, des situations où toutes les femmes peuvent s'identifier, parfois un peu plus que d'autres parfois pas du tout. Un style agréable à lire qui me rappelle par certains aspects le désopilant roman de mon amie Coco Camel, Je reste zen dont je vous reparlerai sans doute bientôt... J'ai adoré ! Mais vraiment.  J'ai passé un chouette moment avec ce petit recueil frais et divertissant !

 

Ma préféré que je vous publie en intégralité puisque j'en ai eu l'autorisation par la maison d'édition. J'ai trouvé celle-ci plus tendre que drôle et correspondant tout à fait à ce que je pense : Il n'y a pas de hasard et donc à méditer !

21 Août : Saint Christophe 

Le jour de l'an, Cathy s'est fait une promesse. Cette année, c'est dit, elle va partir en voyage. Et prendre l'avion pour la première fois de sa vie. Elle en rêve depuis longtemps mais Michel n'avait jamais voulu partir plus loin que la distance autorisée par sa vessie, calculée en une trait et en équivalent trajet-voiture. Soit cent-quatre-vingt-sept kilomètres exactement. Ramenée, l'âge et la prostate venat, à soixante-huit.

Il avait tracé un cercle au compas, écartement calculé à l'échelle de la carte routière, en piquant la pointe sur leur village. Interdiction absolue de franchir la limite du trait.

En quarante ans de mariage, ils avaient explorer le moindre recoin du territoire autorisé, arpenté chaque bois, bu des Picon Bière dans chaque bistrot, testé chaque auberge. Mais en décembre, c'est la prostate qui avait gagné la guerre et Michel ne risquait plus de dépasser les frontières de son tout petit monde depuis qu'il dormait au cimetière.

Alors Cathy a vidé son compte épargne et elle est allée en ville, dans l'agence de voyage de la place du marché. Elle a hésité un bon moment devant les catalogues. Les Canaries ? Djerba ? Malaga ? Rien que de prononcer ces noms poétiques, elle s'y voyait déjà. E puis elle a eu peur des pays étrangers dont elle ne parlait pas la langue, et elle a choisi un séjour tout compris en promotion, deux semaines dans un club de vacances en Corse, au bord de la mer.

C'était déjà très exotique pour une première fois.

Elle a commencé à préparer ses bagages un mois à l'avance, pour ne pas être prise de court ou risquer d'oublier quelque chose d'essentiel. Elle a sorti de l'armoire tous ses vêtements d'été, mais aussi ses lainages, pour les soirées plus fraîches, et son imperméable s'il devait pleuvoir. Elle les a alignés soigneusement sur le lit de la chambre du rez-de-chaussée, celle où Michel s'était installé à la toute fin, quand il ne pouvait plus monter l'escalier.

Lorsqu'elle a été sûre de ses choix, de l'assemblage des couleurs et des matières, de l'assortiment des sacs et des chaussures, elle a rempli sa valise, excitée comme une jeune fille par l'escapade qui l'attendait. Elle écrivait avec soin, sur le calepin des commissions, le nom et le descriptif de chaque article qu'elle y plaçait pour en revenir un inventaire exact.

Car ce qui l'inquiétait fort c'est que son billet spécifiait qu'elle n'avait le droit qu'à vingt-trois kilos de bagages en soute et constater que la valise, achetée tout exprès pour ses roulettes, pesait déjà plus de trois kilos à vide l'avait plongé dans l'effroi.

Alors à chaque instant, à chaque combinaison ou blouse qu'elle ajoutait, elle s'empressait de fermer la valise pour en vérifier le poids sur le pèse personne qui avait servi à contrôler la courbe d'amaigrissement de Michel durant sa chimiothérapie.

La veille du départ, rompue de fatigue par ces manipulations incessantes mais soulagée d'être parvenue à se maintenir sous la barre fatidique des vingt-trois kilos, elle s'est couchée de bonne heure, la joie au coeur.

Quand son réveil a sonné, le lendemain matin, elle n'a pas pu se redresser, paralysée de douleur par un lumbago foudroyant.

Cette année encore Cathy ne prendra pas l'avion.

Vous découvrirez encore de jolies nouvelles, je vous le promets, et comme je vous l'ai annoncé au départ, vous allez pouvoir gagner trois exemplaires numériques en vous rendant sur ma page Facebook.

Pour le commander en version papier ou numérique, rendez-vous ici !

Belle soirée et à demain pour une petite restauration d'un vieux meuble tout moche en un jeune meuble tout joli !

Nathalie

---Merci à Anaelle, pour sa gentillesse et sa fidélité à mes petits gazouillis !---

Commenter cet article