J'ai lu... Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi (Editions Livre de Poche)

Publié le par Nath (Les Gazouillis de Nathalie)

Bonjour,

Une petite chronique littéraire aujourd'hui et ce sera le livre de Virginie : Tu comprendras quand tu seras plus grande. Je l'ai choisi dans la liste des livres à chroniquer de juin via mon partenariat avec le Livre de Poche et ce, pour deux raisons :

Virginie est quelqu'un de génial, pas une belle personne mais une personne belle ! Adorable et accessible, et en plus elle fête ses 40 printemps juste aujourd'hui !!! Bon Anniversaire Ginie ! Et la seconde raison est que j'avais vraiment adoré son premier livre : Le premier jour du reste de ta vie, comme une ode au bonheur.

Ce livre donc, Tu comprendras quand tu seras plus grande me ressemble tellement que j'ai parfois eu l'impression que Virginie se planquait quelque part dans ma vie ! Et vous allez vite comprendre pourquoi si vous me suivez.

Résumé de l'éditeur :

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

Mon avis :

Quand on sait que mon père est depuis décembre dans une maison de retraite, qu'on sait qu'il n'y est pas vraiment allé de son plein gré mais parce qu'il ne pouvait plus s'assumer ni vivre dans les conditions où il vivait, on comprend vite que cette histoire va me toucher au plus profond de mon être... Ce roman plutôt léger a finalement eu en moi un écho inattendu mais d'abord mon sentiment sur l'écriture de Virginie.

La lecture est rapide, hyper drôle (bon j'avoue j'ai essayé de soulever mon gros orteil en même temps que mon sourcil et je pense qu'en lisant ces lignes vous essaierez aussi !), et les personnages sont attachants car finalement ils sont normaux ! Les chapitres sont courts et permettent donc un rythme de lecture pratique et haletant. Julia, ses amis, les pensionnaires de Tamaris sont des gens que l'on croise chaque jour et entrer dans leur vie c'est comme pénétrer dans des lieux qui ne sont accessibles aux visiteurs que de 14h30 à 17h30... Comme si la vie pour les autres ne durait que 3 heures / 24 ! Les 21 autres heures sont à huis clos... Alors vivre ce moment même si l'on sait que c'est un roman et qu'il est drôle permet d'entrevoir la réalité de la vie dans une maison de retraite...

En parallèle on se rend compte également que des liens sont tissés entre le personnel soignant et les résidents, mais aussi les résidents entre eux, et les personnels soignants entre eux. Ils passent tellement de temps ensemble que même le soir, les encadrants se retrouvent pour passer de mémorables soirées, toujours ponctuées de scènes hilarantes décrites avec précision et dérision. J'ai de nombreuses fois pouffé de rire tranquillement assise sur le canapé, au grand désespoir de mon mari qui m'a souvent regardé de travers !

Bien sûr je ne vous raconterai pas la fin, car ce serait vraiment dommage que ce bouquin ne soit pas sur votre Short List pour cet été ou encore dans la mémoire VIVE de votre liseuse !

Et puis ce roman qui mêle, travail, amours, rencontres, passion est comme un reflet de la vie, il se dégage une certaine bienveillance des pages de ce roman comme si l'ouvrir permettait à de jolis papillons colorés de s'évader du livre... Les papillons pourraient être les résidents ou les sentiments des uns et des autres, colorés, éphémères (ou pas), et sans calcul.

Concernant l'écho en moi, ce roman m'a fait entrevoir un certain bien être pour les résidents de ces établissements, même si je sais bien que ce n'est pas le cas de tous. Mais je me dis que mon père est dans la même configuration que Léon le grincheux mais que finalement des gens sont formés pour qu'il se sente bien... Attention, moi j'imagine mon père en Léon, ce qui n'est pas l'image que me renvoie les aides soignantes, mais l'image que moi je m'en fais de par le passé qui nous unit, puisque nous n'avons plus de présent qu'une à deux fois par mois et que c'est pour quelques heures parce que sa mémoire défaille et que les visites trop longues l'exaspèrent et le rendent chafouin !

N'oublions pas les relations entre Julia, Greg, Marine et le beau Raphaël (^^) qui va vous transporter dans des histoires d'amour et d'humour qui vous ferons rire aux larmes puis pleurer d'émotion...

Un super roman de Ginie à découvrir, à partager et pourquoi pas, à déposer dans une boîte à livre pour semer un peu de bonheur à tous ceux qui l'entreprendront !

Belle journée à tous

Nathalie

 

Pour l'acheter c'est par ici :

Tu comprendras quand tu seras plus grande en format poche !

Pour suivre Virginie Grimaldi sur Facebook c'est ici !

Virginie a sorti un nouveau roman il y a peu : Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie et croyez-moi je vous en parlerai bientôt.

Publié dans Nath'lit

Commenter cet article

Sylvie 18/06/2017 16:01

et hop, dans mon dossier livre à acheter :)
Merci ! (et c'est surtout ton ressenti, et non pas l'histoire qui me fait mettre le lien dans mes favoris :) )
Bisous !